Comment appliquer la loi Labbé ?

Quelles sont les alternatives aux produits phytosanitaires ?

 

Que dit la loi ?

Depuis le 1er janvier 2017, l’État, les collectivités territoriales, les établissements publics ne peuvent plus utiliser des pesticides pour l’entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades accessibles ou ouverts au public.
Une restriction de vente en libre-service des produits phytosanitaires de synthèse pour les particuliers a également été mise en place.

Au 1er janvier 2019, la vente, l’usage et la détention de ces mêmes produits seront interdits pour les particuliers.
Les seuls produits que les jardiniers amateurs pourront désormais utiliser seront :

  • Les produits de biocontrôle
  • Les produits utilisés en agriculture biologique
  • Les produits à faible risque

Quels sont les dangers des pesticides ?
Les pesticides ont des conséquences sur la biodiversité, et sur la santé. En dispersant les pesticides, le premier exposé est le jardinier. Mais par la suite tous les occupants du jardin, humains et animaux le sont également.
La dispersion des pesticides va également entrainer des pollutions comme celles des eaux, via les nappes phréatiques …

 

Quelles sont les alternatives ?

Même si cela parait évident, il est avant tout primordial de bien connaitre son jardin, sa terre, les plantes et la faune qui l’entoure afin d’anticiper et de protéger en amont son jardin de l’apparition des ravageurs.

Pour l’entretien du jardin :

zero pesticide, engrais bio, fertilisants naturels

  • Fertilisants naturels, les engrais biologiques sont une solution optimale car ils vont enrichir doucement, et sur la durée, le sol et la plante.
    Les bactéries et les champignons mycorhiziens présents dans les engrais biologiques activateurs de sol ont en effet une action sur la qualité du sol. Ils permettent notamment aux racines des plantes d’absorber les éléments minéraux du sol. Par conséquent, ils ont une action bénéfique et durable sur la santé des plantes, qui en sont fortifiées même dans des conditions difficiles (qualité du sol, climat, …).
  • Faire et utiliser son propre compost. Cet engrais naturel a plusieurs effets bénéfiques pour les végétaux du jardin : il nourrit la plante, conserve l’humidité, restructure le sol. C’est une source de nutriments de longue durée pour toute la saison.

 

Pour les insectes domestiques :

  • Les insecticides naturels sont des remèdes efficaces pour lutter contre les indésirables, et sans danger pour les hommes et l’environnement. Ils garantissent une efficacité optimale sans avoir les effets secondaires des insecticides chimiques.
    Les insecticides 100% naturel issu de la diatomite ont une action mécanique sur les insectes, sans effet chimique. Ils détruisent les insectes rampants et autres arachnides et chenilles qui se posent sur les plantes de jardin.
    L’ingestion des particules de silice agit sur l’insecte comme du verre pilé : en adhérant à son corps, elles créent de fines déchirures et par leur fort pouvoir d’absorption, elles vont ensuite dessécher l’insecte, entrainant ainsi sa disparition.
    Les diatomées ont un pouvoir biocide sur tous les insectes quand ils sont mis en contact. Il ne faut donc pas les utiliser sur les plantes en fleur qui peuvent recevoir des insectes butineurs en particulier abeilles, guêpes, bourdons… .
  • Il est aussi possible bien entendu de faire appel aux fameux « auxiliaires ». Cela consiste à introduire une espèce d’insectes qui va se nourrir d’une autre espèce, par exemple les coccinelles pour les pucerons.

 

 

La mise en application de la loi permet donc de jardiner autrement, de comprendre et d’adopter de bonnes pratiques pour la qualité des sols, le bien être des plantes et de l’environnement.